VRAI ET FAUX EXORCISME


QU’EST-CE QU’UN VÉRITABLE EXORCISME ?


Ce titre suggère qu’il existe plusieurs sortes d’exorcismes. Les vrais et les faux (beaucoup plus nombreux).

Car avant même de vouloir constater un résultat probant, vous devez faire la différence entre exorcisme et EXORCISME.

1/ Tout d’abord, il y a les exorcismes qui n’ont absolument aucune chance d’aboutir. Ce sont comme nous l’avons déjà souligné, les interventions par correspondance.

2/ Puis les dégagements effectués sur « site » par une personne inapte (environ 80% des médiums et voyants sont totalement incompétents en ce domaine, malgré leurs brillantes publicités). Notons au passage, que l’exorcisme peut s’apprendre. Que celui qui est suffisamment humble pour le reconnaître vienne nous voir. C’est avec joie que nous lui enseignerons les rudiments de ce Charisme particulier.

3/ Ensuite, nous placerons les laïcs possédant un certain don personnel (magnétiseurs, thérapeutes, …). Lorsqu’ils effectuent la lecture des exorcismes de l’Abbé JULIO, ils obtiennent un résultat plus ou moins marqué selon la situation. Ce n’est pas l’exorcisme prononcé qui agit, car le laïc n’a pas l’autorisation « Spirituelle » de se servir de ces textes, mais ses propres « forces magnétiques » en action. C’est bien, mais cet opérateur travaille sans filet de protection. Tant pis pour lui s’il tombe sur un os ! L’intervention ne peut toutefois se nommer « Exorcisme » puisque c’est un laïc qui l’exécute.

4/ Nous avons maintenant l’Homme de l’Art (laïc) pratiquant un entraînement intensif aux techniques d’accumulation des énergies telluriques, rompu aux différentes pratiques du combat contre le mal. Désenvoûtement, Contre-envoûtement, manipulation des forces morbides afin de les annuler, création de systèmes de protections par l’héraldisme opératif ou Logo Egrégorique. Bien que très rare (malgré les publicités nombreuses prétendant le contraire), ce type de pratiquant obtient des résultats souvent probants, mais ici encore, nous ne pouvons parler d’exorcisme au sens religieux du terme. A moins que l’opérateur (sans forcément le clamer sur les toits) n’ait reçu une consécration religieuse.

5/ En dernier lieu, nous présentons l’homme d’église possédant, selon ses capacités, un grade plus ou moins élevé. Comme nous en avons déjà parlé, il peut être simple exorciste (ordre mineur), diacre, Prêtre ou même Evêque. Soulignons ici encore le fait que :

Seul un Religieux est habilité à pratiquer l’Exorcisme.

Cela sous-entend que la plupart des voyants / exorcistes usurpent le titre d’exorciste exclusivement réservé au clergé ! Au mieux, ils font de simples «désenvoûtements».

Personne ne peut donc s’autoproclamer exorciste, s’il n’a reçu la consécration ou l’ordination. Et ces cérémonies religieuses ne se font pas n’importe comment, par n’importe qui. Seul un Evêque dûment consacré selon les rites chrétiens et détenteur d’une filiation épiscopale (documents à l’appui) peut validement décerner le Charisme de l’exorcisme.

Après la cérémonie, l’Evêque remettra au nouvel exorciste un certificat revêtu de sa signature et de son Sceau apostolique qui prouve la réalité du sacrement sur un plan administratif religieux.

Souvent une photo du sacrement sera faite qui servira de garantie supplémentaire. Dans certains cas, une lettre de mission sera adressée à l’exorciste afin de lui préciser officiellement les grandes lignes de sa fonction spirituelle. Il se peut également qu’une « carte d’identité ecclésiastique » d’une durée de validité précise soit remise. Ces divers documents officialisent le sacrement. Ils ne sont toutefois décernés, par l’évêque, que lorsque le nouveau « Clerc » a réellement fait ses preuves et a prouvé son engagement sur la voie du Salut par ses actes.

En règle générale, tout exorciste officiel est à même de fournir la preuve de la charge qu’il a reçue.

Nous ne résistons pas à l’envie de vous conter l’histoire arrivée à l’un de nos amis. Cet homme d’une cinquantaine d’années était depuis toujours attiré par la spiritualité, mais il n’avait pu entrer dans les ordres lorsqu’il était plus jeune.

Un jour, il rencontre un évêque d’une petite église de Belgique. Après diverses tractations, le prélat accepte d’ordonner Prêtre notre ami. Il est convié à se rendre en un lieu précis pour son sacrement. Il entre dans le bureau du religieux. Sans autre forme cérémonielle, le rite commence. Imposition des mains et prière d’ordination se succèdent. Notre ami, toujours dans son costume de ville, se retrouve donc quelques minutes après, "canonisé" Presbytre !!!

Mais, car il y a un mais !!!

Pour tout vous dire, les critères sacramentaires n’ont absolument pas été respectés et à notre humble avis, cette ordination ne peut pas être spirituellement valide. Un certain nombre d’hommes sincères dans leur démarche spirituelle sont ainsi abusés sur la qualité du sacrement reçu. C’est pour cette raison que nous allons expliquer très rapidement sur quoi repose une ordination de nos jours.

Qu’est-ce qu’une Ordination ?


1/ Le futur Prêtre (qui possède déjà le diaconat) doit au minimum, pour la cérémonie, être en possession d’une Bible, d’une aube, d’un cordon, d’une étole, d’un calice et d’une patène. Ces objets serviront au rite sacramentel et recevront une bénédiction particulière de l’Evêque.

2/ Bien qu’une cérémonie religieuse puisse se réaliser n’importe où (les premiers Chrétiens célébraient l’Eucharistie dans les catacombes), un bureau profane ne s’y prête guère.

3/ Toute ordination ou consécration ne peuvent être effectués que lors du déroulement d'une Messe. L’Evêque ouvre le sacrement par la préparation pénitentielle, vient ensuite la liturgie de la parole (lecture des textes bibliques selon les circonstances) accompagnée de l’homélie (explication des évangiles).

Ce n’est qu’après cette ouverture, que les textes spécifiques à l’ordination doivent être lus et que la Prière de descente du Saint Esprit sur le futur Prêtre est effectuée. Il est à noter que souvent le récipiendaire ressent, à cet instant précis, une grande Force l’envahir tout entier. Preuve que ce Sacrement n’est pas seulement symbolique, mais bien Opératif.

Dès lors, l’Evêque confirme le sacrement par la Célébration de l’Eucharistie sous forme du Pain et du Vin, auquel le clerc nouvellement ordonné participe et communie.

La Messe (grande ou petite, haute ou basse) est le Sacrement Majeur du monde Chrétien autour duquel tous les autres sacrements s’articulent.

Une ordination sans Messe n’est donc pas valide sur un Plan Spirituel !!! Il est dommage que certains se prétendant évêques, commettent ce type d’erreur.

Comme vous le comprenez maintenant, n’est pas exorciste qui veut. De plus, un exorciste (qu’il soit simple exorciste, diacre ou Prêtre) n’est que l’assistant de l’Evêque. Cela signifie qu’il est lié à une hiérarchie religieuse dont il dépend. A moins d'être évêque, archevêque ou primat, un exorciste sans supérieur spirituel n’existe pas. Par exemple, certaines huiles, ne peuvent être consacrées que par l’Evêque pour être efficaces. C’est ce dernier qui les remet ensuite à l’exorciste.

Beaucoup de personnes se vantent d’exorciser, sans en posséder la fonction. Parfois en toute bonne foi. Il ne tient qu’à elles de comprendre et de continuer leur travail en postulant aux grades religieux correspondants auprès d’un Evêque Valide.

Comment reconnaître un véritable Exorciste ?


1/ Un exorciste appartient à une hiérarchie religieuse et peut le prouver par divers documents (certificat revêtu du Sceau de son Evêque, carte d’identité ecclésiastique, lettre de mission, etc.).

2/ Un Exorciste refusera toujours d’intervenir à distance, par correspondance ou sur photo. En cas d’intervention, il demandera à la personne maléficiée d’assister aux cérémonies la concernant.

3/ Un Exorciste confirmé ne vous promettra jamais la lune (gain au jeu, etc.). Bien au contraire, il vous mettra en garde contre les risques d’échec afférents à toutes les entreprises humaines.

4/ L’Homme de l’Art n’hésitera pas à se déplacer jusqu’à votre domicile pour chasser le mal, même si pour cela il doit parcourir des centaines de kilomètres. Les Exorcistes efficaces sont si rares qu’ils interviennent même dans des pays étrangers.

5/ Les Exorcistes professionnels possèdent quasiment tous leur propre Blason Religieux. C’est en général un « écu » sur parchemin au-dessus duquel sont dessinés les propres « Armes Parlantes » de l’Opérateur selon les règles de l’Héraldisme Symbolique.

6/ L’Exorciste ne vous diagnostiquera jamais d’office un envoûtement comme le font si souvent les mauvais voyants. Il vous posera un certain nombre de questions et s’entretiendra avec vous longuement avant toute intervention.

7/ Il sera capable, dans une certaine mesure, de vous éclaircir sur ce qui se passe, et quelle méthode il convient d’utiliser afin de tenter de vous aider (exorcisme simple, exorcisme triangulaire, Messe de protection…). Il vous expliquera logiquement le déroulement de son travail, sans se cacher derrière des secrets de polichinelle.

8/ Un spécialiste de l’exorcisme s’entraîne régulièrement aux techniques respiratoires d’accumulation énergétique. Il passe de longues heures à concentrer en lui les forces telluriques par des exercices particuliers, et se charge des Puissances Spirituelles par la célébration de l’Eucharistie.

9/ Jamais vous ne verrez un exorciste fumer, ni s’adonner aux plaisirs de l’alcool. La cigarette encrasse les plexus nerveux et la boisson embrume l’esprit.

10/ Il n’hésitera pas à vous conseiller une visite chez un psychologue, s’il juge que l’épreuve que vous venez de subir risque de laisser des séquelles (traumatisme moral, peur que cela ne recommence,…).

11/ Enfin, la meilleure preuve que peut vous donner un Exorciste compétent est de réussir à vous sortir des griffes des maléfices entre lesquels vous êtes tombé. Cela peut prendre plus de temps que prévu, demander de gros efforts, des rebondissements sont parfois à craindre, mais une amélioration résulte souvent de son intervention.