LES OBJETS DE PROTECTION

L’exorcisme, qui est lui-même un sacramental, nécessite la prière et la foi en priorité. Pourtant, le rituel requiert bien souvent une série d’objets, tous bénits et consacrés, qui seront d'une aide précieuse, voire indispensable, pour mener combat contre les forces du mal.

Tous ces objets n’ont pas la même importance, aussi les avons-nous classés en indispensables et nécessaires. Un troisième groupe cite une série d’objets qui, sans être indispensables, sont d’une aide précieuse dans la protection du chrétien et dans celle de son entourage.

Tous les objets repris dans cette liste sont en principe disponibles dans chacune de nos missions. Ils sont bénis et consacrés nominativement.


LES INDISPENSABLES

Le crucifix.

Est-il nécessaire de dire pourquoi ? L’instrument de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ est indispensable pour faire fuir les forces du mal. Il sera tenu en main par l’exorciste ou le malade lors de la cérémonie de protection. Il figure dans l’habitation de tous les bons chrétiens. Il est un gage de foi et d’espérance et protège des esprits mauvais.
"Les croix que les sorcières portent au cou et à leurs chapelets, et celles qui se trouvent aux lieux où se fait le sabbat, ne sont jamais entières. La raison en est, disent les démonomanes, que le diable ne peut approcher d'une croix intacte."  (J.Collin de Plancy, Dictionnaire Infernal)

Le sel bénit.

Le sel est craint par le démon car il est utilisé dès les premiers jours d’existence du chrétien lors de l’exorcisme du baptême. Les chroniques du Moyen-Âge attirent l’attention sur l’absence de sel dans les aliments utilisés lors du sabbat des sorcières. Le sel sert à protéger les habitations, et la coutume recommande d’en mettre quelques grains dans le coin des pièces à protéger.

L’eau bénite.

Tout chrétien doit en avoir constamment chez lui pour son usage personnel. L'eau sert pour toutes les protections dont l'aspersion des malades, maisons, terres, bestiaux et jusqu'à la  nourriture. Lorsque vous faites un signe de croix avec de l'eau bénite, vous signifiez par ce geste que vous voulez vous rapprocher de Dieu en vous purifiant.
L’eau, source de vie, symbolise notre naissance dans la communauté chrétienne. L’eau bénite contient un peu de sel bénit et, comme le sel, elle chasse les mauvais esprits.
Utilisable comme le sel, l’eau est néanmoins plus pratique pour appliquer sur les vêtements !

Les bougies.

La flamme éclairante des bougies fait reculer les ténèbres. Elles offrent une protection contre les esprits malfaisants et, consacrées, elles retournent toutes tentatives d'envoûtement aux coupables de tels agissements. Elles conviennent particulièrement aux neuvaines, et protègent les hommes et leurs habitations en agissant comme de véritables paratonnerres.

LES NECESSAIRES

L’encens.

L'encens est un signe d'hommage et d'adoration. Il symbolise aussi la prière qui s'élève au ciel. Sa fumée, qui s'introduit dans tous les orifices et endroits difficilement accessibles au sel ou à l'eau bénits, chasse les ondes maléfiques et purifie l'atmosphère. Excellent protecteur contre l'envoûtement et les maisons hantées.


L’encensoir ou le brûle encens.

L’encensoir est l’accessoire indispensable pour brûler l’encens. Il présente pourtant comme inconvénient le fait d’être coûteux et difficile à manipuler pour des prières à domicile. L’utilisation de charbons incandescents (600°C) n’est pas sans danger et les braises peuvent persister plusieurs heures après les prières. Aussi nous conseillons l’utilisation d’un brûle-encens fonctionnant avec une petite bougie. Sitôt le travail terminé, il suffit d'en éteindre la flamme.

LES AIDES PRECIEUSES

Les médailles de protection.

La médaille de Saint Benoît reste la protection la plus efficace contre l’envoûtement.

Le chapelet.

Le chapelet (français du XIIe siècle : chapelet = petit chapeau ; petite couronne) est un instrument de méditation dont le but est d'occuper l'esprit dans la contemplation divine par la récitation de prières. A faire bénir au préalable pour toujours le conserver sur soi.