L'EXORCISME CLASSIQUE


LE RITUEL COMPLET D’EXORCISME


Les attaques maléfiques provoquent une accumulation d'énergies nocives au niveau des centres nerveux (chakras chez les orientaux). Ces plexus sont des portes d'entrée et de sortie des fluides magnétiques qui nourrissent nos corps subtils. C'est par ces "bouches astrales" que le sorcier empoisonne sa victime. Sous l'effet des nuisances, elles s'encrassent, s'obstruent comme un vulgaire tuyau. Si l'une d'entre elles se bouche complètement, c'est une véritable catastrophe invisible pouvant aboutir à la mort du sujet par ralentissement des fonctions vitales.

L’exorcisme opératif (à différencier des exorcismes symboliques) consiste donc à libérer ces plexus en expulsant les énergies morbides, puis en leur insufflant une force nouvelle. Une comparaison grossière peut être faite avec le principe du karcher (nettoyage d'une voiture par un jet d'eau sous forte pression). Les énergies internes circulent également à l'intérieur de la moelle épinière (colonne vertébrale), cette dernière pouvant être en partie obstruée. Il convient donc de libérer également ce canal principal par une technique appropriée.

Dans les cas de nuisances organisées (sorcellerie), le lieu d'habitation de la victime sera également chargé de vibrations nocives. Le fait d'exécuter le sacramental d’Exorcisme dans la maison, ou l'appartement du demandeur, permet de faire coup double. Si plusieurs personnes vivent ensemble, il est préférable de dégager tout le monde, afin d'éviter les transferts ultérieurs. C'est un peu comme lors d'une épidémie. S'il reste un foyer d'infection, le patient convalescent risque de rechuter.

Selon la gravité du mal, il est nécessaire de répéter la cérémonie une deuxième, souvent une troisième fois. Il arrive que le premier rite n'enlève que 50% de la charge. Même si une nette amélioration est ressentie, il sera indispensable de recommencer l'opération sous peine d'une rechute plus grave que la précédente.

Un exorcisme est une véritable déclaration de guerre au sorcier, à l'origine de l'attaque. Une bataille sans merci s'engage alors. Le premier qui "craque" reprend l'intégralité de la charge négative.

Il ne faut jamais arrêter un travail d’Exorcisme avant la complète libération sous peine de risques particulièrement importants.

DESCRIPTION DU SACRAMENTAL D'EXORCISME CLASSIQUE


Le patient sera assis sur une chaise. Il n'aura pas mangé de viande depuis au moins 6 heures. Il sera habillé de préférence avec des vêtements en matière naturelle (coton, laine…). Il aura pris soin d'ôter tout objet métallique (bracelet, bijou, montre, collier, chaîne…) ainsi que sa ceinture. Il sera pieds nus de façon à ce que les fluides mauvais puissent s'écouler par les jambes. Devant lui, le Prêtre exorciste aura dressé un autel.

Des Cierges (de préférence en cire liturgique) symboliseront les forces Spirituelles. Le blason ecclésiastique sera posé au centre de l’autel. Ce dernier est indispensable, car il représente les forces personnelles de l’opérant qui l'assisteront durant le combat. C'est un peu le "signe occulte" de sa puissance. Ce langage symbolique et imagé est compris des habitants de l'astral. C'est une sorte de "laissez-passer" , de "sas" ouvrant sur le monde des énergies. Ce blason est personnel. Ses couleurs et symboles alchimiques sont spécifiques à un exorciste donné. Il serait ridicule qu'un Clerc utilise l'héraldique de son voisin. Ridicule et dangereux, car les puissances représentées par les "armes parlantes" se retourneraient immanquablement contre l'usurpateur.

Sur l'autel seront également disposés une dague cruciforme (représentant la croix, symbolique de l’épée des Chevaliers Chrétiens), les encens, le brûle-parfum, divers objets liturgiques, une croix, ainsi que le sacramentaire (livre des sacrements). Un exorcisme classique se déroule en quatre phases bien distinctes :

1) l'ouverture et l'exorcisme rituel du local,
2) la résurgence des maléfices,
3) le dégagement proprement dit,
4) la clôture de la cérémonie

L’Ouverture

1 – La cérémonie religieuse débute par une phase dite « phase d’ouverture ». Elle possède une triple fonction.

A/ Nettoyer le local des infestations toujours présentes lors de maléfices. En effet, une personne sous l’emprise de nuisance « contamine » systématiquement son lieu d’habitation, et très souvent les autres occupants. D’où la nécessité, quand cela est possible, d’intervenir au domicile même du maléficié. Cette phase est très importante, car les forces négatives du lieu seront ensuite dans l’incapacité de « parasiter » la suite de l’opération.

B/ Réaliser une sorte de prière invocatoire aux Forces Spirituelles Chrétiennes, afin que l’égrégore énergétique assiste l’exorciste dans son intervention.

C/ L’Exorciste s’auto-conditionne pour le bon déroulement du rite. En effet, pour être efficace, il doit totalement s’oublier et devenir lui-même une Puissance Spirituelle au service de Dieu. De fait, il abandonne sa personnalité profane afin de devenir un successeur des Apôtres dans le Charisme qu’il a choisi.

Durant la lecture des Psaumes et Evangiles correspondants, quelques grains d’encens brûlent sur un charbon ardent préalablement allumé. De manière classique, le Psaume II et le Prologue de Saint Jean seront utilisés. Pour cette lecture, on utilisera le latin ou le grec (deux langues considérées comme sacrées et dont l’usage renforce puissamment l’efficacité des prières).

La résurgence des maléfices

2 – La seconde phase sera celle de la « résurgence » des dégâts causés par les maléfices. En effet, pour que l’exorcisme soit plus opérationnel, il convient que le patient se concentre fortement sur le mal. De cette manière, les forces de destructions vont ressurgir de l’inconscient de la victime. Il sera alors plus facile de les lui extirper, de les lui arracher (un peu comme on attire un animal nuisible avant de le capturer). Durant cette concentration du patient, l’exorciste continue la lecture des textes sacrés.

Le « corpus opérationnel » de l’exorcisme

3 – Quand le Prêtre "sent" que le moment est venu, il demande à son patient de stopper toute visualisation et de faire le vide dans son esprit. C'est alors que le dégagement des énergies négatives commence. Un puissant texte d'exorcisme sera lu. Ou plutôt sera vibré d’une VOIX FORTE. Car c'est la vibration qui devra traverser le corps du maléficié de manière à expulser la nuisance. L'Exorciste, une main sur la tête de la victime, vibre les Noms Sacrés en se projetant mentalement lui-même dans le corps de l'autre. Il faut travailler de l'intérieur, et non réciter bêtement un texte en faisant des gestes vides de sens (comme beaucoup). Le rite sert de support, mais c'est le potentiel énergétique de l’homme d’église qui agit.

Puis le Religieux travaillera les centres nerveux du patient, en partant du sommet de la tête pour descendre jusqu'au ventre. Il arrachera les énergies négatives accumulées sur ces bouches astrales : glande pinéale (entre les deux yeux), gorge, centre cardiaque, plexus solaire, ventre (nombril). Les plexus inférieurs seront travaillés à partir de celui du ventre, largement suffisant pour un exorcisme. Cette phase constitue le cœur du dégagement énergétique. L'omettre revient à amputer la cérémonie de 90% de son efficacité. Comme vous commencez à le comprendre (surtout si vous avez déjà fait l’expérience de l’exorcisme) cette phase n’est quasiment jamais pratiquée. En omettant de travailler sur ces centres, l’exorciste (même s’il fait partie du clergé) voit ses chances de succès se réduire dangereusement. C’est pour cela que bien peu d’exorcismes donnent les résultats espérés.

Durant cette phase, certaines personnes ressentent physiquement des sensations. Cette partie durera tant que le Clerc sentira qu'il peut arracher des énergies nocives. Ces manipulations seront accompagnées des sons (voyelles) traditionnels.

La clôture du sacrement

4 – Ensuite, le Prêtre devra clôturer son rite, sans oublier de ré-énergétiser positivement les centres nerveux sur lesquels il a travaillé. Puis il refermera astralement ces points (à l’aide du signe de croix) pour empêcher toute hémorragie fluidique.

Voici décrit brièvement un véritable exorcisme opératif. Ce dernier a fait ses preuves, nous l'utilisons personnellement depuis des années avec succès. Bien sûr, le rite seul sans l'entraînement personnel et sans la consécration Religieuse a fort peu de chance d’aboutir. Le rituel est comparable à un vélo. Sans travail personnel préalable, vous ne pouvez tenir l'équilibre et vous allez tout droit dans le fossé !

Nota : Durant nos stages de formation aux techniques de délivrances et d’exorcismes, nous vous apprenons à devenir un opérateur - ou une opératrice - efficace (entraînement), à détecter de manière certaine un maléfice et à utiliser cette Cérémonie de dégagement avec succès. Nos élèves laïcs peuvent ainsi à leur tour, soulager les victimes de la magie noire.

Environ 30% des personnes qui participent à un exorcisme rituel ressentent des effets sur-le-champ. La cérémonie chamboule l'équilibre des énergies internes. Les plus sensibles perçoivent donc ces changements au moment où ils ont lieu.

Exemples de sensations durant le rituel :

Pierrette (Châteaudun)

"Très fatiguée, je me sens à côté de mes pompes et j'ai du mal à revenir sur terre…"

Yvette (Saint Priest)

"Fourmillements dans les mains, les pieds, les jambes, les bras. Sensation de calme et de détente, fébrilité…"

Patrick (Brou)

"...à la fin du rituel, j'ai ressenti comme un poids qui partait et je me suis senti plus léger…"

Marie Madeleine (Eure-et-Loir)

"J'ai ressenti des fourmillements dans les pieds, les mains, le corps. Juste après la séance : du froid, des bâillements et de la fatigue…"

José (Dreux)

" Quand vous aviez la main sur ma tête, j'ai ressenti comme une énergie qui me pénétrait la tête. Quand vous aviez la main sur mon plexus solaire, j'ai failli me trouver mal et j'ai eu l'impression que quelque chose s'arrachait de mes entrailles…"

Nathalie (Dijon)

"Picotements aux extrémités, grande fatigue. Je me sens physiquement et mentalement mieux, davantage d'énergie…"

Ces sensations pendant le rituel, ou juste après sont toutefois assez rares. Très souvent, le bénéficiaire de l’exorcisme ne ressent rien de spécial durant le dégagement. Dans environ 40% des cas, un mieux-être sera ressenti dans la semaine qui suit. Les 60% restant verront leur état s'améliorer plus lentement. Chacun réagit à sa manière aux maléfices, et chacun a des réactions différentes après une séance d’exorcisme. Chez certains (rares) l'amélioration est quasi immédiate. Chez d'autres, il faut attendre quelques semaines pour que le travail fasse son effet. Sans compter que selon le degré d'envoûtement, il est souvent indispensable de recommencer le rite deux ou trois fois. Dans les cas graves, seul un exorcisme triangulaire apportera l'amélioration désirée.

Citons quelques effets d'opération d’exorcisme classique (1, 2 ou 3 rites) parmi les témoignages de nos anciens patients.

Exemples d'améliorations après un dégagement :

Pierrette (Châteaudun)

"Après le rituel, j'ai senti un poids en moins au plexus solaire. Mon appétit est revenu et je mange avec plaisir. J'ai plus de dynamisme"

Evelyne (Bonneval)

"Un mois après, amélioration sur le plan financier (secours en numéraire de la part d'un ami), sur le plan relationnel (meilleure communication, rapports plus sympathiques), sur le plan professionnel (nomination à un poste promotionnel)…"

Marie Louise (Boisville)

."Pas de changement, mais je me sens mieux dans ma peau, plus dynamique dans la vie de tous les jours… ma fille est revenue, plus gaie, en pleine forme, joyeuse et contente de nous retrouver…"

Bernadette (Boisville) mère de Marie-Louise

" Je me sens beaucoup mieux, plus dynamique. J'ai envie de faire de la cuisine, des petits plats…"

Patrick (Brou) déjà cité

"Avant... je déprimais et j'angoissais tout de suite. Maintenant je me sens plus détaché. Le phénomène d'obsession a disparu. Je me sens plus optimiste et je suis sûr que je vais venir à bout de mes difficultés…"

Rassurez-vous, nous n'allons pas citer toutes les lettres reçues. Vous vous êtes sans doute rendu compte qu'après une opération de nettoyage, certains points positifs apparaissent souvent : un mieux-être général, des difficultés liées à la nuisance disparaissent, le dynamisme et l'énergie reviennent, l'envie de vivre refait surface.

L’exorcisme n'est toutefois pas une panacée universelle. Il ne vous fera jamais gagner au loto, ne payera pas à votre place la facture de téléphone, etc.

Par contre, il vous libérera du "boulet maléfique" qui est enchaîné à votre pied. Il vous permettra de retrouver votre chance naturelle avec son cortège de bonnes et de mauvaises nouvelles. A telle enseigne que tant de gens vivant sous leur niveau "normal" d'existence à cause de diverses nuisances auront parfois l'impression d'un véritable petit miracle.

Rose-Marie (Châtillon) était dans une situation personnelle difficile. Elle était très mal dans sa peau, avait de nombreuses fatigues, des cauchemars répétés, des problèmes de communication avec son mari et sa fille. Voyant que sa vie était bloquée, elle suivit le conseil d'une voyante et nous demanda notre aide. Son cas était assez grave, et nous décidâmes d'intervenir de toute urgence. C'était une femme intelligente, qui avait tout pour être heureuse. Dès le premier rituel, elle ressentit une grande fatigue ainsi que des tremblements. Dans les quinze jours qui suivirent elle sentit le début des effets positifs : "le retour du dynamisme et du sourire, le retour du bien-être dans ma peau, l'amélioration de mon sommeil…" Nous la revîmes une seconde fois environ un mois après. Une partie importante de la charge négative ayant été enlevée, elle eut moins de sensations durant le rituel. Quelque temps après, une nouvelle étape était franchie :

"...nouvelles améliorations de la communication avec ma fille et avec mon mari ainsi qu’avec tout mon entourage. Je conserve mon énergie. Je ressens plus de complicité avec ma fille, comme avant…"

Les limites de l’exorcisme classique – Introduction à l’Exorcisme Triangulaire

En transition, nous allons étudier succinctement le cas de Brigitte (de Blois).

Brigitte est une sympathique jeune femme d'une trentaine d'années. Elle est intelligente, sensible. Il y a 18 mois, elle mit au monde un charmant bambin. Elle est célibataire, c'est une femme moderne et autonome. Seulement, depuis de nombreux mois, elle est en butte à d'étranges symptômes qui semblent dérouter son médecin. Elle est fatiguée, sans entrain. Elle ressent souvent et sans raison des aigreurs d'estomac, de fortes nausées, des douleurs dans les jambes. Elle n'arrive plus à manger. Son fils n'a pas d'appétit, il pleure plus souvent que de normal, fait de nombreux cauchemars. Même les plantes de l'appartement paraissent touchées.

Sur les conseils d'une amie chrétienne, elle nous demande d'intervenir. Au téléphone, nous confirmons les craintes de cette amie, et un rendez-vous est pris pour un rituel de dégagement. Dès que nous entrons dans l'appartement, nous ressentons une ambiance lourde ainsi que la présence d'énergies fortement maléfiques.

Le rituel de dégagement se déroule sans encombre. Brigitte ressent toutefois durant la cérémonie des fourmillements dans les pieds. Quelques jours passent et nous recevons une lettre de notre consultante.

"J'ai repris l'appétit le soir même du dégagement. J'ai un meilleur sommeil, je n'ai plus ni aigreurs d'estomac, ni nausées...j'ai retrouvé la joie de m'habiller, de me maquiller. Mes rhumatismes sont débloqués, je n'ai plus de douleurs dans les jambes…"

Son fils va également mieux après l'intervention. Toutefois, nous conseillons à notre cliente l’exorcisme Triangulaire, à cause d'importants risques de rechute.

Quinze jours passent. Nous recevons un appel téléphonique de la jeune femme. Tous les symptômes sont revenus, avec une force nouvelle. Elle est désespérée et nous demande s'il faut recourir à l’opération triangulaire. Nous répondons par l'affirmative. Un nouveau dégagement aurait libéré notre patiente durant une quinzaine de jours, mais la rechute était de nouveau inévitable. La sorcière qui est à l'origine de la nuisance ne veut pas céder. Le retour de flamme qu'elle vient de prendre en pleine figure lui donne une rage nouvelle. La guerre occulte est déclarée. Nous allons devoir combattre dans l'arène une fois de plus. Malgré les risques d'une telle opération, nous décidons d'aller jusqu'au bout. La date du rituel de transfert est programmée. Nous commençons dès lors l'entraînement spécial qui précède toujours ce type de cérémonie.

Le jour prévu, la délicate opération de Triangulation commence. Le premier rite se déroule sous les meilleurs auspices. Puis, durant 29 jours, les rituels suivants amplifient le dégagement initial.

Les effets puissants de l'opération ne tardent pas à donner leurs fruits. La jeune femme nous écrit.

"Mon fils R. a retrouvé la joie de vivre, ainsi que l'appétit. Il ne pleure plus, ne fait plus de cauchemars. J'ai retrouvé ma vitalité, mon équilibre. Je suis plus combative. Les plantes vertes fleurissent et refont des pousses (alors qu'elles étaient en train de mourir)…"

Notons qu'aucune manipulation ne fut faite sur l'enfant, celui-ci étant relié (vu son jeune âge) à sa mère. Cette dernière étant libérée, son fils se sentit également mieux. Ce renversement n'a absolument pas d'explication psychologique (un bébé de 18 mois ou une plante ne sont pas suggestibles).

Comme vous l'avez deviné, il existe une technique bien plus puissante que le simple exorcisme. Il s'agit d'une pratique millénaire de lutte appelée : "Exorcisme Triangulaire".

Attention : nous avons récemment reçu un appel d'une brave dame qui ne comprenait pas que le supposé "dégagement" réalisé par l'un de nos soi-disant élèves n'ait donné aucun résultat. La raison est très simple :

Celui dont elle nous parlait n’avait jamais été formé de manière sérieuse et ne possédait pas de consécration religieuse. Si une personne se prétend envoyé par nos soins, n'hésitez pas à nous téléphoner pour nous poser directement la question ou demandez-lui le certificat qui atteste de son appartenance à notre Clergé.